Réussir ma vie amoureuse en consolant mon enfant intérieur

Valérie 30 mars 2022
,
-Le mot de Valérie Bruat-

Depuis tout petit, nous observons comment communiquent les adultes autour de nous, en premier lieu nos parents. Ces adultes, nous allons les modéliser car ils représentent alors notre première référence du monde. Selon le type de rapports interrelationnels qui s’échangent au sein de notre famille lorsque l’on est enfant, on va intégrer des modèles que l’on gardera adulte. Pour faire simple, nous construisons nos relations affectives d’adulte en échos de nos relations affectives d’enfant. Ou encore : suivant la place que j’avais dans ma famille, je vais la retrouver au sein de mon couple. Bref, l’adulte que l’on est est imprégné de l’enfant que l’on était. Ainsi, pour mieux comprendre mes blocages d’adulte dans ma vie affective, il est souvent nécessaire de faire un petit retour dans mon passé, et ainsi mettre en lumière les origines de mes schémas relationnels dysfonctionnels en amour.

Notre passé est fait de petits et grands évènements, positifs ou négatifs, voire traumatisants. Plus une expérience de vie m’aura marqué(e), m’aura apporté de fortes émotions et plus je risque de constater des séquelles dans la suite de mon parcours. Le divorce de mes parents, la mort d’un proche, l’abandon d’un proche, une maltraitance physique ou psychique parentale, une mauvaise communication familiale… Nous avons tous des blessures qui ont entamé notre estime de nous-même. Un enfant dont les parents sont dysfonctionnants va forcément porter la culpabilité du mal-être parental sur lui. Inconsciemment, il va alors ancrer la croyance limitante « Je crois que je ne suis pas assez aimable pour rendre heureux et apaisés mes parents. Je vais donc m’adapter à être ce que je crois qu’ils attendent de moi afin d’obtenir leur amour ». Voilà ce qui s’est certainement passé dans votre tête d’enfant si vous avez été confronté à un passé complexe. 

A votre avis, comment cet enfant a-t-il évolué ? Quel adulte est-il devenu ? Et bien la réponse est la même ! Évidemment, on a grandi, on a mûri, on a découvert le monde et de nouvelles personnes, on s’est enrichi de multiples connaissances… Mais affectivement nous avons gardé la même croyance que l’on avait enfant vis-à-vis de nos parents, sauf que devenu adulte nous l’avons transposée sur nos autres relations affectives, et notamment amoureuse : « Je ne suis pas assez aimable, pas digne d’être aimé(e), je dois m’adapter à l’autre pour pouvoir lui plaire ». 

Les conséquences : Quelles en sont les conséquences concrètes dans notre vie d’adulte? Un comportement qui va se sur-adapter à l’autre. Une difficulté à assumer pleinement qui je suis en m’affirmant. Le besoin de porter une sorte de masque social qui me protège, notamment du rejet possible de l’autre. Une souffrance intérieure liée à une angoisse de l’abandon. Une difficulté à reconnaître, écouter et faire passer mes besoins en premier.

Voyez comment nos schémas relationnels dysfonctionnants d’enfance sont directement en lien avec nos principaux blocages d’adulte face aux relations amoureuses. 

Mais alors, comment apaiser nos blessures d’enfant pour renforcer l’adulte que l’on est devenu ?

Recontextualiser

En premier lieu, il est primordial que vous preniez le temps de porter votre attention sur votre histoire affective passée. Remontez le temps, et projetez-vous à différents âges de votre vie. Sur une feuille blanche, dessinez cette « ligne de votre vie affective ». Commencez par le tout début : dès votre naissance. Décrivez le contexte affectif familial de l’époque : vos parents étaient-ils mariés ? Depuis combien de temps ? Aviez-vous déjà des frères et sœurs ? etc. Puis, continuez à remonter le fil de votre vie affective en notant les événements (paroles, actes, ressentis) qui ont constitué l’être affectif que vous êtes aujourd’hui, en insistant sur les relations entre chaque membre de la famille, et leur place.

Consoler

L’adulte en vous va peu à peu prendre conscience que ses difficultés en amour sont reliées à ses blessures d’enfant. Que faut-il alors faire ? Faire taire votre enfant intérieur afin qu’il ne vous embête plus avec ses problèmes ? Malheureusement, il y a des chances que ce soit ce que vous avez fait jusqu’à présent, et que ça n’ait pas du tout marché. Car ce n’est pas la solution. Je vous conseille une piste de solution qui fonctionne bien mieux : tentez de renforcer l’adulte que vous êtes afin qu’il vienne consoler votre enfant intérieur. Devenez votre propre parent, en vous mettant à l’écoute de ce petit enfant blessé qui est encore bien présent. Prenez en compte ses besoins (besoins d’être en sécurité affective, d’être reconnu, d’être admiré, d’être aimé, etc), et venez y répondre par vous-même. Comment répondre à ses besoins ? De manière très concrète : besoin d’écoute ? Je vais écrire l’histoire de mon enfance, et exigez une discussion avec X. Besoin d’amour ? Je vais m’écrire un post-it plein d’amour que je vais scotcher sur mon miroir, que je lirai à chacune de mes morning routine. Besoin de tendresse ? Je vais aller me faire masser une fois par mois et acheter une belle crème pour le corps. L’erreur fatale inconsciente que beaucoup d’entre nous faisons en amour est de demander à l’autre de répondre aux besoins de notre enfant intérieur. Ce qui s’ensuit est en général une forme de dépendance affective, de passion amoureuse où la haine finit par l’emporter. Logique, notre enfant intérieur n’a pas été comblé comme il le souhaitait, il est déçu.
Reprenez les rênes de votre vie amoureuse en main, en étant un adulte qui est à l’écoute des besoins de son enfant intérieur. Mettez en pratique cette posture relationnelle dès aujourd’hui, et rappelez-vous de me remercier par un petit coup de fil lorsque vous partagerez prochainement une relation amoureuse sereine et épanouissante… ☺