Les biais cognitifs : les connaître pour communiquer plus sereinement dans son couple

Méthode Neuro Coeur
Valérie 8 février 2021

-Le mot de Valérie Bruat-

Qu’il est difficile de communiquer ! Qu’il est complexe de se comprendre, et d’autant plus quand interviennent nos sentiments. Notre affect, lorsqu’il est bien présent, a la fâcheuse habitude d’arranger la vérité comme il l’entend. En effet, quand les émotions sont fortes, notre cerveau a tendance à être légèrement embrouillé, favorisant des « biais cognitifs » venant distordre le traitement cognitif d’une information. Ces biais cognitifs, viennent dévier systématiquement notre pensée logique. Ils nous permettent de porter des jugements ou de prendre des décisions de façon rapide, sans nous embarrasser d’un laborieux raisonnement analytique qui nous obligerait à tenir compte de toutes les informations pertinentes. Le concept a été introduit au début des années 1970 par les psychologues Daniel Kahneman et Amos Tversky pour expliquer certaines tendances vers des décisions irrationnelles dans le domaine économique. Depuis, une multitude de biais intervenant dans plusieurs domaines ont été identifiés par la recherche en psychologie cognitive et sociale. Et bien sur, dans le domaine amoureux ! Quels sont ces fameux biais? Comment prendre conscience lorsqu’on les utilise dans notre relation amoureuse, et comment s’en débarrasser pour avoir une vision plus juste de la réalité et ainsi communiquer plus sereinement ?

Par exemple, Il existe, le biais de confirmation. Il consiste en la tendance, très commune, à ne rechercher et ne prendre en considération que les informations qui confirment nos croyances et à ignorer ou discréditer celles qui les contredisent. Par exemple, vous avez eu une difficile expérience de divorce avec votre ex-mari qui était médecin, et surtout un coureur de jupon invétéré. Les années passent, mais une certaine croyance sur la frivolité systématique des hommes médecins est restée bien ancrée en vous. Un jour, assise face à un bel homme célibataire lors d’un premier rendez-vous galant, vous apprenez par sa bouche qu’il est médecin. Ni une ni deux, votre croyance rejaillit, et vous allez passer la soirée à l’observer avec méfiance pour surprendre le moindre petit regard en coin à la serveuse. Votre attention est focalisée sur votre croyance que, s’il est médecin, alors il est forcément volage. Vous allez donc, de manière tout à fait inconsciente, chercher le détail qui va venir confirmer cette croyance. Et vous allez malheureusement passer à côté de tout le reste : sa conversation intéressante, son humour piquant, et même les regards langoureux qu’il vous lançait.

Autre biais cognitif qui a tendance à dévier notre regard de toute l’entièreté de la réalité, et donc qui impacte fortement notre communication avec notre interlocuteur (trice) : Le biais d’auto-complaisance. Comment le repérer? Il se cache tout simplement derrière notre fâcheuse tendance à nous attribuer tout le mérite de nos réussites et à attribuer nos échecs seulement à des facteurs extérieurs défavorables. Ce biais peut venir interférer négativement dans une relation amoureuse : imaginez que votre date vous parle d’un entretien d’embauche très important qu’elle doit vivre. Vous proposez de mimer l’entretien, de l’entraîner à répondre aux questions pour qu’elle se prépare à ce rendez-vous important. Le jour d’après, elle vous annonce qu’elle a été reçue, et s’en félicite chaudement ! Mais pas une petite remarque sur votre aide, pas un remerciement. Vous risquez d’être vexé. Et si, à l’inverse, le rendez-vous téléphonique de jeudi soir que vous vous étiez donné avec cette jolie célibataire est tombé à l’eau car chacun a cru que c’était à l’autre d’appeler, ce biais d’auto-complaisance vous fera dire que c’est de sa faute, qu’elle n’a rien compris à ce que vous vous étiez dit. Et vous décidez sur un coup de tête que c’est fini avec elle.

Ces biais cognitifs nous font voir la réalité de manière déformée, pas très juste, car pas dans sa globalité. Et les décisions que l’on prend ensuite ne sont donc pas basées sur beaucoup de cohérence. Cela affecte notre communication avec l’autre , notre compréhension commune et peut même à force faire stopper une belle histoire d’amour.

Pour tenter un maximum de se libérer de ces biais cognitifs, il faut en prendre conscience au moment où ils interviennent. Il est donc nécessaire à chacun, lorsque notre esprit se retrouve focalisé sur un seul détail en oubliant le reste, de respirer un bon coup et de décider de prendre du recul. Posez-vous la question : qu’est ce qui fait que je suis focalisé sur ce détail ? Puis, tentez d’ouvrir votre esprit et de voir tout ce qui entre en jeu dans la situation. En agissant ainsi, vous allez élargir votre regard sur le monde qui vous entoure, développer une vision juste plus près de la réalité, temporiser vos réactions vives, et la communication avec votre moitié se verra grandement améliorée !