Perversion narcissique au féminin

Valérie 1 février 2021

-Le mot de Valérie Bruat-

Le « Pervers narcissique » ou communément appelé « PN » fait aujourd’hui partie du vocabulaire courant. On ne compte plus les articles, dossiers, et autres blog décryptant ces individus à la personnalité perverse, égocentrique et dépourvue d’empathie. Cette psychopathologie qui repose sur la manipulation mentale fait couler beaucoup d’encre, mais malheureusement aussi beaucoup de larmes. Les premières victimes de ces PN sont leurs proches, leur cercle familial, bien souvent seuls à être témoins de leur vrai visage lorsque le masque tombe. La plupart du temps, ces personnalités narcissiques sont intégrées socialement, appréciées de leurs collègues et semblent avoir une réelle réussite de vie, personnelle et professionnelle. En effet, leurs compétences relationnelles et leur capacité de séduction leur permettent de manipuler facilement leurs interlocuteurs. On entend parler en grande majorité des hommes pervers narcissiques, dont leurs femmes et leurs enfants sont les principales victimes. Mais cela est bien plus rare d’évoquer la perversion narcissique lorsqu’elle est dite au féminin. Existe-t-elle ? Qui sont les hommes victimes ? Pourquoi ne témoignent-ils pas plus ? Comment repérer ces femmes PN ? Comment faire pour sortir de leurs griffes ?

Oui, les femmes perverses narcissiques existent bel et bien

et si on en parle moins c’est qu’elles sont plus complexes à reconnaître. Leur grande capacité à séduire et manipuler les autres – en particulier les hommes lorsqu’elles sont « en chasse »- fait qu’on se laisse facilement prendre à leur piège. Ces femmes PN ont un besoin pathologique d’être « re-narcissisées », c’est-à-dire comblées dans leur égo défaillant. Elles vont alors être en quête perpétuelle d’admiration, leur besoin de reconnaissance et d’amour n’a pas de limite. Elles sont entièrement tournées vers elles-mêmes et occupées à regonfler leur égo abimé lors de leur petite enfance.

Comment faire pour en sortir ?

La première étape est de demander de l’aide à un professionnel, psychologue ou coach pour être accompagné dans cette démarche. Il est urgent de comprendre ce qui s’est passé dans la relation, et de retrouver votre confiance et estime de vous-même. Ensuite, il va vous falloir renouer avec le plus de proches possible pour retrouver du soutien affectif. Recommencer des activités extérieures au couple va vous permettre de déjouer la dépendance, sortir peu à peu de la relation fusionnelle et vous épanouir dans un domaine qui vous appartient (bénévolat, marche, sculpture, foot, randonnée…). Enfin, pour ne plus rentrer dans le schéma toxique que vous impose une femme PN, réagissez à ses attaques avec indifférence et humour : c’est cela qui les déstabilise le plus.

Chers hommes, sachez une chose très importante : les psychiatres et psychothérapeutes n’ont à ce jour aucune solution pour guérir cette psychopathologie. Ni thérapie ni aide médicamenteuse ne fonctionnent. Pour survivre à une relation avec une femme PN, la seule solution revendiquée et conseillée par tous les professionnels de la santé et du bien-être est claire : fuyez !

Si, après avoir fait un travail pour mieux comprendre et guérir cette relation, vous êtes prêt à vivre enfin une belle relation amoureuse saine et épanouissante, contactez-moi pour rencontrer les femmes inscrites à notre agence. Nous sélectionnons avec soin nos membres sur leurs personnalités équilibrées et leurs valeurs humaines.